Lutte contre la pauvreté par l'appui aux actrices du secteur de l'alimentation de rue dans la ville de Ouagadougou

 

Objectifs
Améliorer les conditions de vie et la situation alimentaire des populations par l'appui aux actrices de l'alimentation de rue et transformatrices des produits agroalimentaires locaux de la ville de Ouagadougou / Burkina-Faso par :
•    Le renforcement des capacités organisationnelles et de gestion ;
•    Le renforcement des capacités de générer des revenus additionnels pour les femmes en facilitant l'accès aux ressources financières ;
•    La facilitation du dialogue entre les femmes et les différents acteurs impliqués dans la gestion de l'espace urbain ;
•    L'amélioration de la qualité hygiénique et nutritionnelle des produits de l'alimentation de rue offerts aux consommateurs par la mise en place d'un dispositif de suivi contrôle de la qualité avec les services compétents.

Réalisations
•    Appui organisationnel et structurel à quarante (40) associations de restauratrices et de transformatrices de produits alimentaires locaux dans 04 arrondissements de la ville de Ouagadougou dont (21 à Bogodogo, 11 à Nongr Massom, 03 à Boulmiougou et 05 à Sig-Noghin) avec 1021 membres actifs (chaque membre emploie en moyenne 03 personnes). Toutes ces structures disposent de leurs récépissés de reconnaissance ;
•    Appui à la négociation entre les femmes et les autorités municipales pour la demande d’autorisation pour l’occupation des espaces publics : un espace a été attribué par la Mairie de Nongremassom et des prototypes de restaurants ont été réalisés pour des actrices appuyées par le programme. Un autre site a été attribué par la mairie de Bogodogo à Taxi gare, zone 1, secteur 28 ; des démarches sont en cours avec d’autres mairies pour d’autres espaces identifiés par les femmes ;
•    Organisation de voyages d’études et d’échanges :
o    des actrices et de la coordination au Sénégal (ENDA GRAFT) ;
o    de la coordination à Bobo (projet pilote Mairie de Bobo Dioulasso) ;
o    des actrices et ASMADE à Cotonou ;
o    des actrices et ASMADE au centre Basneré des groupements Naam de Ouahigouya ;
•    Appui en équipement de base pour les femmes des quarante associations : toutes les associations ont bénéficié chacune d’un lot de matériels de production, de transformation, de conservation et ou de personnalisation des produits). Les matériels et équipements sont composés de marmites, glacières, pousse -pousse à eau, chariots, séchoirs solaires, soude sacs, fûts, bassines, mixeurs, blouses, emballages alimentaires, foyers à gaz etc. ;
•    Formation des responsables et des membres des associations de femmes sur :
o    Les bonnes pratiques de l’hygiène alimentaire, environnementale et corporelle ; Toutes les femmes ont été formées en Hygiène alimentaire ;
o    La gestion administrative et financière, l’organisation et le fonctionnement des associations ; Toutes les femmes ont été formées en Gestion administrative et financière;
o    124 femmes ont été formées en Marketing.
•    Mise en place d’un dispositif de suivi et de contrôle de la qualité en collaboration avec le Centre de Recherche en Sciences Biologiques Alimentaires et Nutritionnelles (CRSBAN) de l’Université de Ouagadougou, le Laboratoire National de Santé Publique (LNSP) et le Service d’hygiène. Des analyses microbiologiques, physicochimiques et nutritionnelles des aliments vendus par les femmes sont faites par ces centres ;
•    Plusieurs actrices ont obtenu leur carte professionnelle de santé après avoir suivi les différentes visites médicales auprès de la Direction de l’Action Sanitaire ;
•    Facilitation de l’accès au crédit auprès de Caisses Populaires du Plateau Central par les associations : trente deux (32) associations ont bénéficié de crédits dans ce programme. Environ 600 femmes ont bénéficié individuellement de crédit.